Une histoire d’une rencontre d’exception… Rol-Tanguy par Giacometti au Musée de la Libération de Paris

Paris respire l’histoire… Il ne faut pas être un touriste, armé de son appareil photo avec une soif désespérée dans l’envie de prendre tout en photo parce que « C’est Paris !!! », pour sentir le long vécu de cette ville. Les bâtiments haussmanniens dans tout Paris rappellent sa transformation sous le Second Empire, les jardins des Tuileries et le Palais du Louvre commémorent la grandeur de la monarchie français, à la place de la Bastille le vent souffle encore les murmures de la Révolution française… On pourrait dire que toute la ville est un labyrinthe historique – peu importe dans quel coin on se perd, elle aura toujours quelque chose à nous raconter.

Il ne faut pas non plus oublier dans cette énumération l’histoire bien récente et soulevant encore de nombreux débat. On parle bien sûr de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale. La ville et certains de ses habitants restent de nos jours directement touchés par les événements, qui ont laissé des profondes traces dans leurs souvenirs. Cette partie de l’histoire est encore difficile à comprendre – de nouvelles sources d’information continuent de ressortir et remettent en question ce que l’on sait déjà.

 

La réouverture du musée

Étant passionné par cette période historique, j’ai pu découvrir la semaine dernière l’institution qui m’était encore méconnue jusque là – le musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin. Elle a récemment ouvert ses portes place Denfert-Rochereau, dans un nouveau site porteur des traces de la Libération de Paris. Il s’agit plus exactement d’un abri de défense passive utilisé comme poste de commandement par le colonel Roy (futur Rol-Tanguy) des Forces françaises de l’intérieur (la FFI). Ce nouveau projet a été conçu sous la direction de Sylvie Zaidman et mené avec l’agence de scénographie Klapisch-Claisse, l’agence d’architecture Artene et le concours d’un conseil scientifique.

Après 6 mois et demi d’enfermement causé par la pandémie de Covid-19, le musée retourne à la vie et propose sa première exposition temporaire : Rol-Tanguy par Giacometti au Musée de la Libération de Paris. Elle réunit pour la première fois des portraits dessinés et sculptés d’Henri Rol-Tanguy, un des plus grands héros de la Libération de Paris, réalisés par Alberto Giacometti. L’exposition dévoile une quarantaine de pièces, résultat d’une rencontre entre deux hommes totalement différents dans la période particulière de l’année 1946, un an et demi après la Libération de Paris de l’oppression nazie. Les oeuvres sont prêtées à l’usage de l’exposition par la Fondation Giacometti et par les archives du Parti communiste. La plupart proviennent également de collections privés. C’est donc une occasion inédite de voir cette collection tout à fait unique !

 

        Rol-Tanguy par Giacometti au Musée de la Libération de Paris                Rol-Tanguy par Giacometti au Musée de la Libération de Paris                 Rol-Tanguy par Giacometti au Musée de la Libération de Paris                                                     

Le Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin propose des approches diversifiées sur la Seconde Guerre Mondiale. Les oeuvres de Giacometti interprétant notamment la figure du chef de la FFI est une démonstration forte des intrications de l’art et de l’histoire. L’ensemble des portraits du colonel Henri Rol-Tanguy créés par Giacometti au cours de l’hiver 1945-1946 révèle la fascination de l’artiste pour son modele charismatique. Ils témoignent des recherches artistiques dans le travail de Giacometti, ainsi que des liens amicaux noués au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, dans un Paris libre et dans une société en recomposition.

 

Une rencontre d’exception

Pour mieux comprendre ce lien entre Giacometti et Rol-Tanguy revenons davantage sur leur rencontre. Celle-ci a eu lieu en 1946 au Palais de Tokyo, pendant les préparations de l’exposition « Art et Résistance ». Elle est organisée par l’association des amis des Franc-tireurs et partisans français, et porte sur la lutte clandestine. Elle sollicite de nombreux artistes dont Henri Matisse et Pablo Picasso. Son but est de financer le secours aux familles des FTPF. C’est dans ce contexte là que Louis Aragon, un ami de Giacometti depuis les années 1930, lui propose de réaliser les portraits du colonel Rol-Tanguy. Giacometti est fasciné par le personnage militaire du colonel, un résistant communiste, mais aussi un chef et un coordinateur des actions de la FFI pendant la Libération de Paris. Giacometti est inspiré par la tête de Rol-Tanguy, devenu à ses yeux un réel « monument » de l’histoire. À son tour Rol-Tanguy est profondément marqué par la tension créatrice de Giacometti et son regard intense, qui « fouillait la physionomie ».

La représentation de l’homme est une préoccupation constante pour Giacometti, il se concentre sur ce motif de manière quasi obsessionnelle dans les années 1935-1940. Ses sculptures oscillent entre le réalisme et le surréalisme, elle peuvent donner à la fois un portrait exact de Rol-Tanguy, comme en livrer une représentation abstraite. L’approche individuelle devient ainsi une approche plus universelle. Par la simplification des attributs identitaires, Giacometti reflète la complexité du monument qu’est devenu l’être humain en général. Suivant cette logique, l’artiste diminue la taille de ses statues pour se rapprocher de la vision du modèle perçu à distance. Le socle gagne de l’importance dans sa création et devient un outil majeur, permettant de mettre en valeur les petites sculptures et les sauver de la disparition. Cet outil définit l’espace autour du motif et concentre sur lui le regard du spectateur. Il modifie ainsi la perception des dimensions de la figure à son environnement, créant un effet de monumentalité.

 

                               

 

Les réflexions autour de l’exposition

Le parcours de l’exposition est très bien aménagé. Le visiteur suit les chemins du colonel Rol-Tanguy et de Giacometti du moment de leur rencontre jusqu’à leur séparation en 1946, où « le mythe d’exaltation esthétique prend fin ». L’ensemble tient dans 3 salles différentes, chaque salle étant consacrée à une thématique. Le sens de la visite est clair et les œuvres sont bien présentées, ce qui assure une orientation de la visite. Les panneaux en anglais et en français permettent également une bonne lisibilité. Le spectateur est encadré, les guides sont très accueillants et sont à sa disposition pour toutes questions supplémentaires. À part la collection des oeuvres de Giacometti, comptant à la fois ses sculptures et ses dessins, l’exposition présente également de petites vidéos archivées et des photos du colonel et de l’artiste, qui permettent de rapprocher la réalité du lendemain de la Libération. Une carte spécialement préparée pour cette exposition propose également une balade suivant les traces de Rol-Tanguy en sortant du musée. Une découverte tout à fait originale, qui permet de « se mettre dans la peau » du quotidien du colonel et de faire durer l’expérience de l’exposition.

 

                                                              

 

La réflexion autour de l’exposition n’est pas encore terminée ! Les travaux sont entrepris par la direction du musée afin de rendre son contenu plus accessible aux enfants et aux élèves du lycée et du collège. Il est très difficile de parler des événements de la guerre, de les expliquer et de les rendre compréhensibles aux plus jeunes. Le projet vise à utiliser les nouvelles technologies pour donner un nouveau sens aux objets de la vie quotidienne de la Libération, de rencontrer ses acteurs et ses héros. Le but est de créer une expérience immersive et interactive, qui permet d’apprendre tout en s’amusant, soulignant bien la logique « du musée pour tous ».

J’ai été très satisfait par ma visite au musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin avec l’exposition Rol-Tanguy par Giacometti. Une expérience nouvelle et enrichissante a bien rempli mes attentes et ma soif de découverte . Ce n’était sûrement pas ma dernière visite, le musée me reverra encore ! Je le recommande à tous les passionnés de la période de la Seconde Guerre Mondiale. L’exposition Rol-Tanguy par Giacometti est ouverte du 1er octobre 2021 au 30 janvier 2022. N’hésitez pas à la découvrir par vous-mêmes!

 

Infos pratiques Rol-Tanguy par Giacometti au Musée de la Libération de Paris

Site du musée

jeremiasz blachnik

Un auteur inconnu et rêveur, j’ai souvent les pensées perdues dans les débats philosophiques avec les nuances de mon existence. Passionné par l’Histoire, l’Art et la Littérature, je m’envole souvent vers les pays lointains, remplis de mystères et de fantaisie. L’exploration et l’aventure sont mes deux soeurs et la légende est mon futur surnom. Diplômé d’une double licence d’Histoire de l’Art et Archéologie et Histoire à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je suis actuellement en Master 1 de Communication du savoir, Technologies de la connaissance et Management de l’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.