« Quand Alice rencontre Darwin… » – L’Odyssée sensorielle au Muséum national d’Histoire naturelle

Vous arrive t’il parfois de fermer les yeux, de taire les pensées et de vous ancrer dans le monde qui vous entoure ?

Vous arrive t’il parfois de vous « éteindre », juste pour quelques secondes, et de ressentir une connexion avec le monde ?

Le vivant est une source fascinante d’émotions et de sensations. En effet, l’homme n’est plus qu’un petit rouage dans le mécanisme de la vie sur terre. Nous y évoluons, nous le découvrons, nous le manipulons. Dans cette expérience perpétuelle, chacun de nous disposons de cinq clés indispensables – nos cinq sens. Ils accompagnent chaque pas de notre découverte et nous permettent d’acquérir des connaissances nouvelles et fascinantes. Ils deviennent ainsi notre outil pour prendre conscience du monde qui nous entoure, de créer notre représentation dans l’espace et dans le temps. Ils donnent un sens à notre existence.

Saviez-vous que?

La vue des oiseaux n’est en rien similaire à la notre et joue un rôle majeur dans leur orientation, notamment en migration. Les oiseaux perçoivent par exemple les rayonnements ultraviolets, leur perception des bleus est donc bien plus élaborée. Ils ont une vision polarisée de la lumière et peuvent ainsi localiser le soleil à tout moment de la journée, même par temps nuageux. Enfin, leur rétine contient des protéines sensibles au champ magnétique terrestre, qui jouent un rôle majeur dans les orientations lors des grandes migrations –

Frédéric Jiguet, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle.

Dans cet esprit de découverte et de connaissance par les sensations, le Muséum national d’Histoire naturelle a conçu une exposition, intitulée l’Odyssée sensorielle. C’est une expérience immersive inédite, le fruit d’un travail de coopération entre le Muséum et le Studio Sensory Odyssey. Elle plonge le spectateur dans la découverte d’écosystèmes fascinants, faisant appel à ses cinq sens. Sa vocation est d’approcher les enjeux de notre époque et de transmettre des connaissances scientifiques autrement, de manière immersive et tout à fait originale. Ce travail extraordinaire mobilise ainsi un grand nombre de métiers et de disciplines au service d’une meilleure compréhension du vivant. Avec cette exposition l’adage du Muséum « émerveiller pour instruire » semble prendre tout son sens.

Au coeur de la nature

L’exposition Odyssée sensorielle embarque le visiteur au cœur de la biodiversité des quatre coins du monde :

  • un lac salé du Kenya,
  • les profondeurs de l’océan,
  • la canopée de la forêt tropicale,
  • le Grand Nord et même le sous-sol !

Les images, tournées spécialement pour cette exposition à travers le monde, entre 2020 et 2021, présentent une qualité exceptionnelle (haute définition 8K) et hypnotisent le public. Les salles disposent de supports sonores, qui offrent un réel « manteau auditif » qui enveloppe les représentations visuelles et accentuent l’impression du réel. Le spectateur a vraiment la sensation d’être plongé en plein milieu d’un paysage sauvage, inconnu, éblouissant… La précision des détails est exceptionnelle et permet de mieux appréhender les spécificités des différents écosystèmes. Les images d’insectes filmés sur les prairies à l’aide des caméras fantômes, les mêmes qui sont utilisées dans les crash-tests afin de capter des mouvements très rapides, permettent une analyse fascinante de la relation entre les espèces et leur environnement naturel. L’idée, qui guide l’ensemble de l’exposition, est vraiment de reproduire la réalité, de saisir la beauté des éléments simples et universels du vivant, souvent ignorée.

 

                              

 

Saviez-vous que?

Le sol c’est la vie : il réunit 25% des espèces connues mais… 99% d’entre elles restent inconnues ! Elles font le sol, nourrissent les plantes, dégradent la matière morte qui tombe à terre ; leur activité influence le climat et libère les minéraux, qui, entrainés nourrissent rivières et océans ! Plus de 95% de nos aliments sortent directement du sol. Pourtant, nous le piétinons, notre agriculture le mutile parfois, et nous le méconnaissons : on le trouve sale, on ne voit pas son contenu car il est opaque et ses habitants sont microscopiques – Marc-André Sélosse, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle

Guidés par les odeurs

Le point fort de toute expérience de l’Odyssée sensorielle est l’environnement olfactif. Plus de 20 odeurs différentes, utilisées pour la première fois à un tel niveau de nuances, assistent le visiteur pendant son parcours. Se rappeler que l’Homme est ancré dans la nature passe en grande partie par l’odorat. Le collectif Nez a réalisé la curation des odeurs créées par IFF (International Flavors & Fragrances), pionnier de la recherche cognitive sur l’impact émotionnel des odeurs. Diffusée subtilement dans les différentes salles de l’exposition grâce à la technologie de la Guilde, la collection des odeurs de l’Odyssée sensorielle est riche de matières pures, de molécules de toute dernière génération, d’accords inventifs ou de reconstitutions réalistes. Cet ensemble permet de susciter les émotions et les souvenirs du visiteur associés aux différentes odeurs, ce qui lui permet de réellement faire partie des différents environnements présentés.

                                 

Un parcours dynamique et vivant

Le parcours de l’exposition est clair. Tout comme Alice découvrant les merveilles de l’imagination, l’exposition ouvre la porte de l’imperceptible et guide le spectateur dans la découverte des merveilles scientifiques. Il propose ainsi de découvrir, salle après salle, les différentes thématiques du vivant. Le parcours est interactif, les différentes salles s’illuminant à l’approche du visiteur, l’incitant ainsi à pénétrer et à découvrir ce que s’y cache. Ce fait est rendu possible par l’enracinement de l’exposition dans le temps. Les enregistrements sont réglés avec le départ de la visite, qui se fait environ toutes les 6 minutes. Cela permet de garder une fluidité de l’exposition dans les passages entre les écosystèmes. Toutes les salles présentent des bancs et des chaises, un dispositif nécessaire pour contempler la beauté de la nature et profiter de l’expérience au maximum. L’Odyssée sensorielle met l’accent sur ce dernier point, le visiteur se laisse porter par son intuition et ses émotions, sans rentrer dans les descriptions. Celles-ci sont présentées dans la dernière salle, intitulée « Retour à l’exploration », et permettent de décrypter les phénomènes naturels perçus durant l’expérience.

                                    

Saviez-vous que?

La savane africaine offre l’une des représentations les plus marquantes de l’intrication des chaînes alimentaires au sein d’un même écosystème. Les grands prédateurs chassent d’autres animaux, parmi lesquels des herbivores qui se nourrissent des plantes de la savane. Les plantes poussent grâce aux nutriments qui proviennent de l’action des bactéries, des champignons et des insectes qui décomposent et transforment la matière organique (végétaux, animaux morts, excréments). Ainsi, le réseau trophique forme une boucle d’interactions et contribue à maintenir l’équilibre de l’écosystème – Géraldine Veron, professeure du Muséum national d’Histoire naturelle.

L’exposition l’Odyssée sensorielle a surement été l’une des meilleures expériences muséographiques, que j’ai connu. Une approche captivante, l’hypnotisme des visuels et l’ambiance constamment mystérieuse ont permis de proposer un spectacle scientifique hors du commun. C’est un grand succès pour la rencontre du savoir et de la technologie, peaufinée avec finesse et imagination par l’équipe de coordination de l’exposition. Je suis sorti émerveillé par le parcours, sentant encore la forêt tropicale dans mes narines… Le Muséum planifie différents événements et des animations autour de l’Odyssée sensorielle, qui impliquerons également le Jardin des Plantes. N’hésitez pas à découvrir l’ensemble de cette magnifique expérience par vous-mêmes !

 

Pour voir L’Odyssée sensorielle au Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum d’Histoire naturelle vous accueille pour cette aventure du 23 octobre 2021 au 4 juillet 2022 !

jeremiasz blachnik

Un auteur inconnu et rêveur, j’ai souvent les pensées perdues dans les débats philosophiques avec les nuances de mon existence. Passionné par l’Histoire, l’Art et la Littérature, je m’envole souvent vers les pays lointains, remplis de mystères et de fantaisie. L’exploration et l’aventure sont mes deux soeurs et la légende est mon futur surnom. Diplômé d’une double licence d’Histoire de l’Art et Archéologie et Histoire à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je suis actuellement en Master 1 de Communication du savoir, Technologies de la connaissance et Management de l’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.