2 déc 2021 — 15 mai 2022

exposition monoprix prisunic

On a tous vu ces fameux jeux de mots de Monoprix. 

Bravo au directeur artistique ! 

Ce qu’on sait moins c’est que Monoprix a repris les codes de Prisunic et se les ai appropriés. 

Grâce à Prisunic puis au Monoprix, des dizaines de créateurs ont rendu leur oeuvres accessibles au plus grand nombre : Ionna Vautrin, Jacques Tissinier, India Mahdavi, Hussein Chalayan, Giles Deacon, Anne Valérie Hash, Alexis Mabille, Yiqing Yin, Antoinette Poisson, Terence Conran …

Cette exposition revient sur les plus grands succès des collaborations initiées dans les années 1960 par Prisunic et poursuivies par Monoprix. 

 

Slogan officiel, créé par Denise Fayolle, directrice du bureau du style de 1957 à 1967. animé par une volonté égale de rendre le design accessible à tous : l’enseigne, qui réaffirme « le plaisir de vivre à la française », occupe dès lors une place de choix dans le quotidien des consommateurs.

« Le beau au prix du laid »

En 1997, Prisunic fusionne avec Monoprix

animé par une volonté égale de rendre le design accessible à tous : l’enseigne, qui réaffirme « le plaisir de vivre à la française », occupe dès lors une place de choix dans le quotidien des consommateurs.

L’exposition, thématique et chronologique, est conçue en deux parties :

  • la première, consacrée à Prisunic, s’illustre par des collaborations majeures initiées avec des graphistes et designers que les catalogues de vente par correspondance diffusent entre 1968 et 1976.
  • Le second volet met en lumière les réalisations phares de créateurs invités par Monoprix en reprenant un thème cher à l’enseigne – l’objet du quotidien – à travers l’art de la table, l’assise et l’habillement. Présenté dans les collections modernes et contemporaines, le parcours propose un dispositif original de « ready-made » (mobilier et présentoirs de magasin utilisés comme systèmes de présentation) qui évoque l’univers de la grande distribution, servi par une scénographie colorée et lumineuse.

 

Pièces de design emblématiques de Monoprix,  signées Marion Lesage, India Mahdavi ou Ionna Vautrin,  films publicitaires et interviews filmées,  chambre et salon Prisunic reconstitués. 

 

 

Les designers réalisent pour l’enseigne un mobilier simple, accessible et fonctionnel à partir de matériaux colorés en métal ou polyester.

Les agences créa :

À travers une sélection d’affiches issues du musée, la galerie d’actualités revient sur le marketing des deux enseignes, dont l’image graphique forte est portée par les grandes agences de publicité et leurs graphistes. Parmi eux, Friedemann Hauss, Roman Cieslewicz pour MAFIA (Maïmé, Arnodin, Fayolle, International Associés), qui participe activement, mais également les publicitaires T.B.W.A. (Tragos, Bonnange, Wiesendanger, Ajroldi) et R.S.C.G. (Roux, Seguéla, Cayzac, Goudard) qui ont su singulariser l’identité visuelle de Prisunic. Plus récemment, c’est l’agence FCB (Denis Garcia Garcia & Lily Van der Stokker) qui collabore avec Monoprix puis Cléo Charuet avec l’Agence Havas City devenue Rosapark, qui relance l’identité avec ses lettres capitales et ses bandes de couleurs. En 2021, pour accompagner les différentes périodes de confinement, Monoprix choisit l’agence DDB pour réaliser ses campagnes publicitaires.

LE DESIGN POUR TOUS : DE PRISUNIC À MONOPRIX, UNE AVENTURE FRANÇAISE

Share this: