Rétrospective Howard Hawks à la Cinémathèque française

« Howard Hawks, un cinéaste classique ». Cette phrase qu’on trouvera dans le catalogue de la Cinémathèque française résume l’oeuvre d’un grand cinéaste américain de XIXe siècle… Un cinéaste classique, avec un héritage impressionnant et admiré dans le monde entier. Howard Hawks produisait en effet des western, des films d’action, des comédies… Sa filmographie riche en chefs d’oeuvres, notamment « Captive aux yeux clairs », se revendique porteur de morale avec les personnages guidés par une règle très simple : « Agir c’est être ».

Débuts de carrière de Howard Hawks

Parisienneries vous invite à découvrir dans cet article la rétrospective Howard Hawks, qui a commencé ce mois de mars à la Cinémathèque française. Mais qui est ce fameux Howard Hawks ? Il est né en 1896 à Goshen dans l’Indiana. Il effectue des études d’ingénieur en mécanique industrielle et travaille pendant ses vacances dans les studios de la Famous Players Lasky. Il découvre la course automobile et apprend à piloter les avions. Il rejoint Hollywood pendant la Première Guerre mondiale et abandonne définitivement la construction automobile et aéronautique. Il y gravit les échelons qui mènent à la réalisation et signe son premier film (depuis perdu) en 1926, The Road to Glory. Il avait participé avant cela à la réalisation de divers films muets, où il exprime déjà des préoccupations qui resteront présentes tout au long de son œuvre : une vision insolente de la femme, de la camaraderie virile et du désordre qu’y introduit la sexualité.

Un cinéaste classique moralisateur

Howard Hawks a été aimé pour sa façon de créer les films, délibérément rétifs de toute « volontaire d’art » et de « vouloir tout dire ». Il s’opposait aux réalisations « artificielles », qui faisaient gagner des Oscars sans livrer du bon cinéma. Son travail était guidé par le principe de « caméra à hauteur d’homme ». Cette volonté de ne pas être plus fort que ses personnages mais d’être avec eux, permettait d’entretenir un rapport de familiarité humaine. Une telle vision du cinéma, atteignant les sphères existentialistes et moralistes, qualifie Howard Hawks comme un cinéaste d’art stoïcien. Ses films et ses personnages, simples, sans émotions complexes et dès fois débordantes, visent à présenter la vérité. Ce sont des véritables miroirs de l’Homme dans le monde moderne, un portrait de ses vices et de ses vertus constituant son quotidien.

“La Captive aux yeux clairs” de Howard Hawks à la Cinémathèque française

Pour le coup d’envoi de la rétrospective Howard Hawks à la Cinémathèque française, j’ai eu un énorme plaisir de regarder un des grands classiques de ce cinéaste – « La Captive aux yeux clairs ». Ce magnifique western raconte une histoire d’amitié des deux hommes – Jim Deakins et Boone Caudill, livrés à la survie dans les terres sauvages de Missouri. Dans ce monde où la notion de frontière s’efface, ils se joignent à l’expédition des trappeurs vers le Haut-Missouri chez les Indiens de tribu Pieds-Noirs. L’amitié de Jim et Boone est livré à l’épreuve par la présence de Teal Eye – une belle princesse indienne que les trappeurs veulent ramener à la maison et ouvrir en échange la porte pour le commerce avec les Pieds Noirs. « La Captive aux yeux clairs » de Howard Hawks nous livre un cinéma moderne où l’artiste abat les stéréotypes sur le Far West. Les « visages blancs » ne sont pas tous gentils, les Indiens ne sont pas des êtres sauvages et privés de l’honneur… Avec un humeur subtil et simple, ce film dessine une réalité avec laquelle le spectateur peut facilement s’identifier.

J’ai été vraiment touché par « La Captive aux yeux clairs », qui a certainement faire rejaillir un sentiment fort pour les bons westerns. Ainsi, je vous recommande fortement de découvrir « La Captive aux yeux Clairs » et d’autres films de portfolio de Howard Hawks, projetés à la Cinémathèque française pendant le mois de mars.

La Cinémathèque française vous accueillera pour la rétrospective de Howard Hawks de 2 au 28 mars 2022. D’autres activités autour de la rétrospective de Howard Hawks sont également à découvrir : cinéma concerts, conférences et autres. Ne ratez pas cet événement! A très bientôt avec Parisienneries !

Découvrez notre article sur La Nouvelle vague

Plus d’infos sur le site officiel

jeremiasz blachnik

Un auteur inconnu et rêveur, j’ai souvent les pensées perdues dans les débats philosophiques avec les nuances de mon existence. Passionné par l’Histoire, l’Art et la Littérature, je m’envole souvent vers les pays lointains, remplis de mystères et de fantaisie. L’exploration et l’aventure sont mes deux soeurs et la légende est mon futur surnom. Diplômé d’une double licence d’Histoire de l’Art et Archéologie et Histoire à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je suis actuellement en Master 1 de Communication du savoir, Technologies de la connaissance et Management de l’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.