Atelier de tissage de Porfirio Gutierrez à Teotitlan del Valle

En Avril 2019, j’ai eu l’occasion de partir au Mexique rendre visite à un ami.
Je suis arrivée un samedi soir et nous avons rejoint des amis pour le dîner. A ce moment-là, un ami m’a demandé si je voulais prendre le car pendant 7 heures le lendemain soir pour aller visiter la région de Oaxaca, qui paraît il, est magnifique. Le surlendemain, à 6h du matin, nous y étions et nous n’avons pas été déçus. Sans aucun programme, nous étions libres. Et comme bon touriste qui se respecte, nous avons utilisé tripadvisor et avons découvert le fabuleux atelier de tissage de Porfirio Gutierrez à Teotitlan del Vale dont voici l’interview. 

En abril de 2019, tuve la oportunidad de ir a México para visitar a un amigo. Llegué un sábado por la noche y me reuní con amigos para cenar. En ese momento, un amigo me preguntó si quería tomar el autobús por 7 horas la noche siguiente para ir a visitar la región de Oaxaca, lo que me parece hermoso. Dos días después, a las 6 de la mañana, estábamos allí y no nos decepcionó. Sin ningún programa, éramos libres. Y como buen turista que se respeta a sí mismo, usamos Tripadvisor y descubrimos el fabuloso taller de tejidos de Porfirio Gutiérrez en Teotitlan del Vale. Aquí está la entrevista in english/espanol

1. Depuis quand faites-vous ce travail ?

“Depuis que nous avons l’âge de raison, nous sommes impliqués dans la création de chaque pièce. Je tisse officiellement depuis l’âge de 12 ans. Ma soeur Juana a commencé à 15 ans.”

(NDLR : lorsque j’y suis allée, Juana m’a expliqué avoir renoncé à aller à l’école pour se consacrer exclusivement au tissage et coloration de tapis. Elle a dû convaincre ses parents. Plus tard, lorsque son père a compris qu’elle était douée et qu’elle allait réussir à vivre de sa passion, il lui a dit être fier d’elle ! )

2. Pouvez-vous me raconter l’histoire de l’atelier ?

­Il y a environ 15 ans, mon parcours a commencé avec un profond intérêt à renouer avec ma culture.

“J’avais besoin d’apprendre mon identité culturelle en tant que natif zapotèque d’une manière plus profonde et plus significative.”

Je suis né et j’ai été élevé à Teotitlan del Valle à Oaxaca. J’ai officiellement commencé à tisser à l’âge de 12 ans et j’ai toujours participé à la confection de nos tissages familiaux. Nous avons pratiqué des modes de vie anciens propres à notre communauté zapotèque, en préservant les traditions apprises de nos ancêtres pendant des centaines d’années.

Après mon retour à Teotitlan, j’ai eu une obsession pour le tissage et  pour l’apprentissage de mon identité culturelle. Notre tradition de tissage a connu une transformation majeure dans les années 60. Le marché commercial que nous connaissons aujourd’hui a commencé à se développer. Ce marché a commencé à vouloir des couleurs qui n’existent pas dans les colorants naturels, une production plus rapide, des prix moins chers et des dessins répétitifs.

“Sous cette pression, ma communauté a commencé à remplacer notre profonde fierté par la fabrication en masse de tissages et de colorants chimiques. Les tissages que nous utilisions traditionnellement dans la vie de tous les jours et dans les cérémonies étaient désormais appelés «tapis». C’était quelque chose de nouveau. C’est une insulte à notre culture et aux grands maîtres tisserands et teinturiers qui nous précèdent.”

Ma soeur Juana, qui a 9 ans de plus que moi, partageait mon inquiétude mais n’avait pas l’occasion de changer les choses. Nous nous sommes réunis avec sa famille, nos parents et d’autres personnes de notre famille.

“Et nous avons décidé que notre héritage devait survivre et que c’était très important que les générations futures de notre communauté sachent qu’il existe quelque chose de plus important que l’argent.”

Il était non seulement important d’encourager la revitalisation de cette pratique et la fierté de notre communauté, mais également de sensibiliser le monde à l’existence d’un véritable colorant naturel à Teotitlan del Valle. Aujourd’hui, notre studio est connu sous le nom de Porfirio Gutiérrez y Familia.

Nous façonnons non seulement un style artistique, mais nous restons également résolus à honorer et rendre hommage aux grands maîtres tisserands et teinturiers qui nous ont précédés. Je refuse de qualifier notre travail de tapis.

” Pour nous, c’est de l’art, un moyen par lequel je peux exprimer mes préoccupations et raconter notre culture profonde et riche culture zapotèque. “

En 2016, le Musée national des Indiens d’Amérique aux USA, m’a remis un prix pour son Leadership programme. Cette récompense a permis à la teinturière Juana Gutiérrez et à moi-même d’enseigner nos techniques de teinture zapotèque traditionnelles à de jeunes tisserands qui n’avaient jamais appris ces techniques de la part de leurs aînés. Grâce à cela, une nouvelle génération a découvert un langage de couleur commun, un lien plus profond avec la culture zapotèque et un moyen de préserver notre identité pour l’avenir.

Dans le cadre de notre projet communautaire, le Musée national des Indiens d’Amérique (Smithsonian) a filmé un documentaire intitulé “Ka Duu”. Ce film est le témoin de notre famille de tisserands alors que nous nous efforçons de préserver notre culture grâce à notre langue zapotèque et à notre art ancestral consistant à transformer des fils avec des colorants naturels.

Cela fait environ 15 ans que notre atelier a commencé à sensibiliser le monde à l’importance et à la valeur des colorants naturels dans notre culture.

Nous commençons à voir de plus en plus de gens adopter un tissage authentique teint naturellement. C’est le résultat de nombreux efforts déployés non seulement par notre atelier, mais également par quelques autres familles de notre village qui s’engagent également pour la préservation de notre héritage.

 

3. C’est une histoire de famille, quel est le rôle de chacun ?

Traditionnellement, ces façons de travailler sont une affaire de famille où chaque membre de la famille se spécialise dans des fonctions différentes. Juana est la cheffe de la coloration. Elle a tout le matériel et donne l’essence de la couleur à chaque pièce.

“Sans sa sagesse, les pièces n’auraient pas la même vie.”

Antonio, le mari de Juana, est le maître tisserand avec Juavier, Porifirio Gutierrez et d’autres membres de la famille donnent vie aux designs réalisés par Porfirio Gutierrez.

Ma mère est responsable de donner les derniers détails aux pièces après qu’elles soient retirées du métier à tisser.

4. Pouvez-vous m’expliquer le processus ?

Le processus de création d’un tissage Zapotec traditionnel a évolué au cours de plusieurs centaines d’années. Comme dans la plupart des arts, d’abord de l’inspiration pour un nouveau design. Avant l’exécution effective, les éléments nécessaires à sa création doivent être rassemblés et préparés. En fonction de la taille et de la complexité, le temps nécessaire pour terminer un tissage peut varier de quelques jours à plusieurs semaines. (Plus d’infos sur le site )

5. Que préférez-vous dans votre travail ?

“La liberté de créer et de partager mes pensées et mon récit de ma culture zapotèque.”

Les colorants naturels sont l’opportunité de préserver notre identité culturelle.

6. Pouvez-vous me parler de vos origines ?

La famille de Porfirio Gutiérrez vit à Teotitlán del Valle, un petit village de l’état d’Oaxaca, dans le sud du Mexique, connu pour ses arts textiles traditionnels tissés à la main.

Environ 80% de la population de l’État d’Oaxaca est autochtone et Teotitlán del Valle est zapotèque. La plupart des gens d’origine précolombienne ont perdu leur langue maternelle et parlent maintenant l’espagnol.

Teotitlán del Valle est l’une des rares villes où le dialecte zapotèque est encore parlé et de nombreuses traditions anciennes sont encore conservées.

Pour en savoir plus sur le processus

Si vous êtes dans la région de Oaxaca, n’hésitez pas à aller leur dire bonjour. Ils seront ravis de vous voir et de vous expliquer leur art. Quand j’y suis allée, il n’y avait pas grand monde et on a eu le droit à une visite personnelle. En plus, la visite est gratuite. Quelle belle surprise ! 

Pour visiter l’Atelier de tissage de Porfirio Gutierrez  :

Porfirio Gutierrez Calle Simon Bolivar #6, Teotitlán del Valle, Oaxaca Mexico

Vous pouvez aussi voir l’interview de l’atelier de gravure de newarcadia à Oaxaca

Here are Porfirio Gutierrez’s answers

  1. ¿Desde cuando hace ese Trabajo ?

“Desde que tenemos uso de razón estamos involucrados en crear cada pieza. Porfirio Gutierrez empezó formalmente a tejer a los 12 anos. Juana empezó formalmente a tenil a los 15 anos.”

2. ¿Podria Contarme la historia de su taller?

About 15 years ago my journey began with a deep interest in reconnecting with my culture.

“I had a need to learn about my cultural identity as a Zapotec native in a deeper and more meaningful way.”

I was born and raised in Teotitlan del Valle, Oaxaca. I formally started to weave at the age of 12 and was always a part of the making of our family weavings. We practiced deep, ancient ways of living in our Zapotec community, sustaining traditions learned from our ancestors over hundreds of years.

After returning to Teotitlan, I became obsessed with weaving and learning about my cultural identity. Our weaving tradition went through a major transformation in the 60s. The commercial market we know of today began developing. This market started to encourage colors that don’t exist in natural dyes, faster production, cheaper prices, and repetitive designs.

“Under this pressure, my community started to replace our deep pride with the mass-making of weavings and chemical dyes. The weavings we traditionally used in everyday life and in ceremonies were now called “rugs.” That was something new. This is an insult to our culture and to the great master weavers and dyers before us.”

I begin to be deeply concerned about this situation, at the same time it inspired me to contribute to the preservation. My family never had the opportunity to sell their weavings directly to clients. Instead, they would sell them to the people who had the access to market, so their talent was never acknowledged.
My sister Juana, who is 9 years older than me, shared my concern but didn’t have the opportunity to change the circumstances. We came together with her family, our parents and a few of our siblings and decided that our legacy must survive.

“It was absolutely important for the young generations in our community to know that there is something much more important than money. “

Not only was it important to encourage the revitalization of this practice and the pride in our community, but also to educate the world about the existence of a real natural dye in Teotitlan del Valle. Today our studio is known as Porfirio Gutiérrez y Familia. We are not only shaping an artistic style but also remain committed to honoring and paying homage to the great master weavers and dyers before us. I refuse to refer our work as rugs.

“To us they are art, a medium where I can express my concerns and narrate our deep Zapotec reach culture. “

In 2016 the Smithsonian Museum of the American Indian awarded me an Artist in Leadership Program. This award enabled master dyer Juana Gutiérrez and I to teach our traditional Zapotec dyeing techniques to young weavers who had never learned these skills from their elders. With this opportunity, a new generation discovered a common language of color, a deeper connection to Zapotec culture, and a path toward sustaining our identity for the future.
As part of our community project the Smithsonian filmed a documentary called ” Ka Duu.” This film witnesses our family of weavers as we endeavor to preserve our culture through our Zapotec language and through our time-honored art of transforming yarns with natural dyes.
It has been about 15 years since our studio began to educate the world about the importance and the value of natural dyes in our culture.
We’re beginning to see more and more people adopting authentic naturally dyed weaving. This is the result of much effort not only from our studio but also from a few other families in our pueblo who are also committed to preserving our legacy.

3. ¿Es una historia y una trabajo con toda la familia, cual es el papel de cada uno?

Tradicionalmente estas formas de trabajo son entre familia donde cada uno miembro nos especializamos en ciertos aspectos. Juana es la maestra pintora, ella tiene todo material y le da la esencia como colorista a las pieza, sin su sabiduría las piezas no tendra la misma vida. Antonio, esposo de Juana es el maestro tejedor el junto con Juavier, Porfirio Gutierrez y otro miembros de la familia le damos vida a los diseños que fueron diseños por Porfirio Gutierrez. Mi madre se encarga de darle los últimos detalles a las piezas después que fueron sacados del telar.

4. ¿Puedes Esplicar el proceso?

http://www.porfiriogutierrez.com/pages/process.html

5. ¿Como se puede obtener los colores naturales?

La respuesta esta aqui http://www.porfiriogutierrez.com/pages/process.html

6. ¿Que es lo que mas le gusta de su trabajo?

La libertad de crear y compartir mis pensamientos y narrative de mi cultura zapoteca. La oportunidad de ser parte del esfuerzo de preservación de nuestra identidad cultural que parte es esto es los tintes naturales.

7. ¿Donde se puede comprar su trabajo?

www.porfiriogutierrez.com
instagram.com/porfirio_gutierrez_y_familia

8. ¿Le puede entregar al internacional?

Claro que si

9. ¿Puede hablar de su origen?

http://www.porfiriogutierrez.com/pages/culture.html

Para visitar el taller de Porfirio Gutierrez  :

Porfirio Gutierrez Calle Simon Bolivar #6, Teotitlán del Valle, Oaxaca Mexico

También puedes ver la entrevista del taller de grabado de Newarcadia en Oaxaca.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.