Poison, une exposition venimeuse au Palais de la Découverte

Du 10 octobre 2018 au 11 août 2019

 

 

Le Palais de la Découverte présente une exposition ludique autour du poison. 50 espèces vivantes sont exposées au visiteur autour de la thématique paradoxale : poison tueur, poison bienfaiteur. Entre menace et remède, le poison se décline au fur et à mesure des pièces. Serpents, araignées, scorpions et grenouilles fourmillent et insufflent un air de dangerosité dans cette exposition magnétique. Ce zoo, aussi fascinant qu’instructif, inquiète et captive enfants comme parents.

 

 

Une exposition animale

Le visiteur découvre dans des salles tamisées toutes sortes d’espèces venimeuses et vénéneuses. Alternant sans cesse entre frisson et sciences, Poison joue avec ses animaux multicolores pour créer une explosion de couleurs. Grenouilles bleues turquoises, oiseaux jaunes fluo et serpents tachetés sont sous leurs plus beaux apparats avec des lumières intenses offrant une ambiance irréelle au visiteur. Ces couleurs chatoyantes cachent souvent des toxines mortelles mais elles peuvent être aussi un simple leurre. Ce mimétisme est utilisé par certains animaux pour se protéger des prédateurs. Les couleurs ne sont pas les seules impostures animales.  L’exposition nous apprend que la plupart des serpents à sonnette ne deviennent dangereux que s’ils se sentent menacés. Le mouvement de leur queue est un simple avertissement. Ils demeurent inoffensifs la majorité du temps. En revanche, en cas de danger, le venin de ces serpents peut s’avérer mortel.
Cette animalerie gigantesque tient en haleine le visiteur qui se balade de cage en cage pour admirer, tour à tour, les différentes espèces.

 

 

Une exposition éducative

Détruisant les préjugés, Poison se donne comme principale mission d’instruire ses auditeurs. L’exposition s’amuse des idées préconçues et les déconstruit à travers des espèces méconnues. Ainsi, les espèces qui étaient perçues comme bienfaitrices se révèlent fatales.  La cantharide fait partie de ses animaux piégeux. Longtemps appliqué sur la peau pour ses vertus aphrodisiaques, ce coléoptère provoque en réalité des brûlures et des troubles graves. De même, les mygales les plus terrifiantes sont celles avec le venin le moins puissant. La mygale aux genoux blancs, par exemple, lance des toiles aux effets seulement urticants. La chauve souris est, elle, inoffensive et doit sa réputation à ses ailes noires semblables à celles du démon. Quant aux scorpions, seules 30 espèces sur 1500 sont mortelles pour l’Homme. Des espèces peuvent même être d’une grande aide dans le traitement des maladies. Le venin du monstre de Gila et le crapaud de Leschenault ont par exemple de grandes vertus. Le premier est utilisé aujourd’hui contre le diabète de type II grâce à son action sur le taux d’insuline. Les toxines du deuxième peuvent aussi bloquer la croissance cellulaire et en font un allié précieux dans la recherche contre le cancer.
Le danger n’est alors pas toujours là où on l’attend. La grenouille jaune peut, elle, bloquer les transmissions nerveuses et provoquer des insuffisances cardiaques. Sa petite taille et son air attendrissant cachent donc en réalité sa puissance vénéneuse. La vipère heurtante, aidée par son camouflage impressionnant, masque aussi sa dangerosité. Cette dernière provoque, en effet, des hémorragies internes et tue sa proie dans la demi-heure.

 

Une exposition familiale

Le Palais de la Découverte remplit avec Poison son objectif de toujours d’apprentissage aux plus nombreux. L’exposition est attrayante par ses couleurs et la variété de ses espèces exposées. La diversité des ambiances proposées au fil des cages et les informations fournies accroissent l’expérience du visiteur. Les animaux sont ici observés de près pour notre plus grand plaisir.
Petits comme grands seront étonnés par cette proposition forte du Palais de la Découverte. Poison sait jongler avec son sujet. L’exposition est consciente de l’intérêt comme de la peur qu’elle suscite. Elle s’en amuse et en profite pour nous instruire. Les préjugés s’estompent et le visiteur ose se rapprocher des animaux. Il les décortique, lit précautionneusement les informations, les observe et les réétudie. L’exposition nous plonge dans un grand laboratoire où chaque espèce se regarde de loin.
Toute la famille en sortira enchanté, la tête remplit d’anecdotes, prête à réévaluer et à trouver dans chaque espèce une certaine beauté.

 

 

 Informations pratiques :
Plein tarif : 9 euros
Tarif réduit : 7 euros
Lien Billeterie
21 avenue Franklin D Roosevelt, Paris
: Champs-Elysées-Clémenceau (Lignes 1 et 13) ou Franklin-D.-Roosevelt (lignes 1 et 9)
 : Invalides

Marie Galassi

Arpenteuse de lieux culturels en tout genre, Marie aime faire partager ses découvertes. Curieuse et un peu geek, elle parcoure la capitale à la recherche d'expositions inédites. Si vous la croisez à une exposition, vous la verrez appareil photo à la main et sourire aux lèvres. Voir tous ses articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.